Qu’est-ce que la psychothérapie IBP ?

Le ressenti corporel (Felt Sense) de nos sentiments, pensées et représentations se situent au centre de la psychothérapie corporelle intégrée. Que ressentons-nous dans notre corps lorsque nous sommes, par exemple, tristes ou en colère ? Sommes-nous en mesure d’exprimer cette tristesse ou cette colère de manière à permettre à notre système entier de se détendre à nouveau ? Des moments de grande tristesse ou de colère nous conduisent souvent à nous couper des propriétés du ressenti, physiques et émotionnelles, afin de ne nous percevoir nous-mêmes. Mais, au fil des années, ceci nivelle nos émotions et blinde la musculature de notre corps.

L’IBP présente un modèle de la personnalité impressionnant permettant d’expliquer les conflits relationnels de manière remarquable, qu’il s’agisse de conflits de couple comme de conflits issus de la relation à mon environnement social (famille, amis, profession). Dans ce sens, il est aussi possible de décrire l’IBP comme une thérapie relationnelle en séances individuelles.

Au cours d’une réflexion en plusieurs étapes, nous discutons de votre manière d’établir des relations. Comment êtes-vous liés à votre environnement ou justement non ? Le rapport d’abandon et d’envahissement au sein de notre être donne de bonnes indications sur notre style défensif et caractériel avec lequel nous essayons de nous protéger d’une nouvelle blessure d’une façon non rationnelle (stratégie comportementale défensive). Ce comportement d’évitement est complété par une stratégie comportementale offensive, l’agence (« Agency »), par laquelle nous tentons de plaire en ne tenant souvent pas suffisamment compte de nos limites et en nous épuisant progressivement (jusqu’à la dépression).

Illustration du modèle de la coquille

Comme vous pouvez le voir sur l’illustration ci-dessus, l’agence et le style défensif et caractériel diminuent ou empêchent le contact avec notre soi-noyau. L’IBP est une approche humaniste : elle part donc du principe que chaque être humain est bon. Chaque personne est absolument capable d’aimer et n’a aucune angoisse. Nous pouvons très bien observer cet état chez les nouveaux-nés. Ils sont encore exempts d’expériences, de conditionnements et d’influences liés à leur histoire.

La colère et la tristesse refoulées sont, entre autres, des éléments favorisant notre angoisse, qui nous éloignent de notre véritable soi. L’agence et le style défensif agissent comme un filtre entre le soi-noyau et le monde. L’objectif d’une psychothérapie réussie est d’identifier et de modifier ces mécanismes inconscients.

La blessure de base (« Basic Fault », c’est-à-dire la blessure intervenue lors de notre scénario originel) symbolise notre blessure fondamentale qui s’intègre dans notre conscience sous forme de cognitions négatives. En fonction de notre expérience au cœur de la famille, de telles cognitions peuvent s’exprimer de la manière suivante : « je ne vaux rien ! », « je ne suis pas digne d’être aimé », « c’est de ma faute », etc... La blessure de base est en principe toujours liée au thème amour, estime et reconnaissance. Ainsi, tout le monde désire ardemment des choses très simples telles que : « je souhaite être vu ! », « je souhaite être entendu ! », « je souhaite être compris ! », « je souhaite être aimé pour ce que je suis ! ». Malheureusement, cette estime et cette reconnaissance nous sont souvent refusées. Cette expérience précoce entraîne ainsi de nombreuses expériences tristes et douloureuses au cours desquelles nous recevons sans cesse la confirmation de ne pas être bien, de ne pas être vus, entendus ni compris, de ne pas mériter d’être aimé, de ne pas être aimés tels que nous sommes. Ceci constitue le terrain idéal de développement du style défensif et caractériel et de l’agence !

Lorsqu’un style défensif s’automatise et glisse dans l’inconscient, il devient un trait de caractère de notre être. Exemples de cette attitude de base : je suis une personne renfermée et distante ou je suis une personne désireuse et dans le besoin !

En tant qu’enfant et plus tard en tant qu’adulte, nous essayons, par l’agence, de plaire à notre environnement en nous oubliant nous-mêmes et en donnant la priorité aux exigences de l’extérieur par rapport à nos propres besoins dans l’espoir d’obtenir cet amour, cette reconnaissance et cette estime désirés.

Avoir du style défensif et caractériel et de l’agence n’est pas une erreur. Tout le monde en a ! Mais ceci nous empêche aussi d’exprimer nos véritables rêves concernant la vie, l’amour de son prochain et le vivre ensemble. Le résultat de cette confusion est l’angoisse, la solitude, le sentiment d’être perdu, la dépendance, le comportement (auto)agressif, la mégalomanie narcissique, la dépression, les troubles de la personnalité, les mondes parallèles délirants et les pensées, impulsions et comportements obsessionnels, etc.

Je témoigne mon plus grand respect à Jack Lee Rosenberg pour avoir créé, grâce à la méthode de l’IBP, un outil simple décrivant de si nombreux problèmes de nature sociale tout en offrant des solutions efficaces. Lorsque nous apprenons à comprendre notre système de vie, comment nous fonctionnons, lorsque nous apprenons à prendre soin de notre espace personnel et de nos limites, lorsque nous apprenons à exprimer nos besoins de manière adéquate et juste, nous pouvons nous guérir nous-mêmes et devenir également un membre précieux de notre communauté et de notre société, car nous sortons de la confusion. Notre être et nos agissements font de nous un modèle pour le monde. Nos attentes et nos exigences ne nous soumettent pas à la société. Nous donnons et vivons ce que nous espérons et souhaitons de la part d’autrui.

« Keep moving - keep breathing ! »

Jack Lee Rosenberg
Image de Paul Aniszewski